FLASH INFO
: 4ème Session ordinaire de la 5ème mandature du CESC. Thème :"Environnement  -Sécurité".Cérémonie d'ouverture le lundi 6 février 2017 , à Koulouba ,au siège de l'Institution , à 8h30mns                                                                                                          

OUVERTURE DE LA 1ère Session du CESC INAUGURALE

 

 

 

 

 

 

 

  • Excellence Monsieur le Premier ministre, Chef du Gouvernement ;
  • Madame / Messieurs les Présidents des Institutions de la République;
  • Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;
  • Excellences, Mesdames / Messieurs les Représentants du Corps diplomatique, des Organisations internationales, régionales et sous-régionales accréditées au Mali ;
  • Mesdames / Messieurs, Chers Collègues et membres du Conseil économique, social et culturel ;
  • S.E Ahmed Mohamed Ag Hamani ;
  • Monsieur Jeamille BITTAR Ancien Président du CESC ;
  • Monsieur le Gouverneur du District de Bamako ;
  • Honorables invités en vos rangs, grades et qualités ;
  • Mesdames / Messieurs,

 En ce jour béni du lundi 1er Juin 2015, permettez-moi Mesdames et Messieurs, au nom du Bureau du CESC et de l’ensemble des membres de l’Institution de vous souhaiter la chaleureuse bienvenue à la cérémonie d’ouverture de la première session ordinaire de la Cinquième mandature 2015-2020 de la 8ème Institution de la République, creuset des forces vives de la société civile malienne, des organisations socio professionnelles, des structures faitières de base ainsi que des collectivités locales.

 A la clôture de la session inaugurale du 24 Avril 2015, nous avions prévenu que notre mandat au sein de l’Assemblée consultative, constituera certainement  un sacerdoce, que nous nous efforcerons de porter avec engagement,  afin de pouvoir assumer de façon efficace et efficiente, notre rôle de conseiller  des Hautes autorités dans la formulation des politiques publiques.

 C’est dans le cadre du respect de cet engagement que, dès sa mise en place en Avril dernier, le nouveau Bureau a immédiatement programmé du 03 au 22 Mai 2015 des missions du CESC pour l’élaboration des Recueils au titre de 2015 dans les régions de Koulikoro, Ségou, Sikasso, Mopti, Kayes et dans le District de Bamako les autres régions (Tombouctou, Gao et Kidal) étant prévues dès qu’une amélioration de la situation sécuritaire dans ces localités serait perceptible.

Ayant décidé de participer personnellement à la synthèse des missions dans chaque région, nous nous sommes rendus successivement dans les régions de Koulikoro, Ségou et Sikasso comme pour magnifier le proverbe chinois qui soutient : «qu’il vaut mieux voir une fois que d’entendre cent fois ».

 La présence massive des cadres administratifs, des représentants des organisations socioprofessionnelles et des structures faitières de base  à cette synthèse, prouve à suffisance tout l’intérêt que les uns et les autres manifestent pour le développement économique, social et culturel de leurs terroirs.

 Mesdames, Messieurs,

 Aucun processus de développement ne pouvant aboutir sans une paix durable, notre délégation a saisi cette opportunité pour inviter les participants à adhérer à l’Accord de paix signé le 15 Mai 2015, à se l’approprier et à s’impliquer dans sa mise en œuvre.

 Toutes les forces vives de ces régions ont également été invitées à rester  mobilisées derrière le Président de la République, le Premier ministre et son Gouvernement pour l’acceptation et la défense de cet Accord qui constitue malgré ses insuffisances, un jalon important vers une paix durable dans notre pays.

 Les notabilités et les leaders religieux dans chacune de ces régions se sont engagés à persévérer dans la poursuite des prières et des bénédictions jusqu’à l’avènement de la paix et de la sécurité sur toute l’étendue du territoire national.

Les résultats de satisfaction et de motivation que nous avons enregistrés au cours de ces échanges, nous encouragent à poursuivre cette initiative de visite des autres régions dans les meilleurs délais.

 Mesdames / Messieurs,

 Faut-il le savoir, les Recueils que nous avons examinés, passent en revue les problèmes posés :

-      Au niveau du Secteur primaire (Agriculture, Elevage, Pêche, Environnement et Assainissement) ;

-      Au niveau du Secteur secondaire (Eau-Electricité ; Industries et Mines ; Artisanat, Culture et Tourisme) ;

-      Au niveau du Secteur tertiaire (Santé et Développement social, Education, Jeunesse-Sport et Culture, Administration et Sécurité) ;

-      Au niveau du Secteur des Infrastructures (Infrastructures et équipements, Urbanisme et Habitat)

 Avec la récurrence et la similitude des problèmes identifiés, l’évaluation du Recueil de 2014, a révélé la résolution de certains problèmes et le début d’exécution d’autres pour lesquels nous adressons nos très vives félicitons au Gouvernement tout en lui indiquant qu’il reste encore  beaucoup à faire.

 Mesdames / Messieurs,

 

  • Nous tenons à vous préciser que la session dont les travaux démarrent ce matin, sera entièrement consacrée à la relecture des textes constitutifs du Conseil, notamment : les dispositions constitutionnelles, les lois, les décrets d’application, le règlement intérieur et enfin le règlement administratif.

 

  • En réalité, la pratique a démontré qu’après plus de vingt (20) années d’existence, les textes de fonctionnement et d’organisation du Conseil Économique, Social et Culturel du Mali présentent beaucoup de limites dans leur application.

 

  • Notre conviction est toute établie qu’aussi longtemps que des dysfonctionnements persisteront au sein de l’Institution, l’effectivité de ses missions essentielles et sa visibilité continueront à en souffrir.

 

  • A notre avis la réforme du Conseil est la seule alternative qui s’impose à nous en ce moment ci où l’objectif commun demeure l’émergence d’une Institution forte, véritablement capable de conseiller les hautes autorités de la République dans la perspective d’une meilleure prise en compte des attentes et des préoccupations légitimes des populations.

 Mesdames / Messieurs,

 Aussi, forts des différents échanges réalisés avec les uns et les autres ; après avoir capitalisé les expériences du passé, et en  tirant tous les enseignements utiles des débats et des résolutions issus de la session inaugurale d’Avril 2015, nous osons croire que les présents travaux aboutiront à des résultats probants faisant l’unanimité de la nécessité de procéder à une « relecture diligente des textes du Conseil Économique, Social et Culturel ».

 Conscients des difficultés et de la complexité de l’exercice auquel nous tentons de nous soumettre, une aide dans la conduite des travaux, sera fournie par non seulement l’administration mais et surtout par la Commission ad hoc que nous avons mise en place il y a juste quelques semaines et qui est pilotée par le vice-président du Conseil.

 Au besoin, recours sera fait à d’autres compétences extérieures reconnues pour leur maitrise des questions de réforme institutionnelle et il sera procédé à la rédaction des projets de nouveaux textes à transmettre aux autorités compétentes sur lesquelles nous comptons pour leur bienveillante compréhension.

 Mesdames / Messieurs,

 Dans un souci de traitement diligent de nos propositions de relecture de textes, le plaidoyer semble  déjà amorcé avec  l’accueil et les encouragements recueillis auprès des premiers responsables d’autres institutions de la république à l’occasion de la série de visites de courtoisie que nous leur avons récemment rendue.

 Mesdames / Messieurs,

 Après la clarification du contexte, la précision des attentes de la session, nous réitérons nos sincères  remerciements aux hautes autorités ainsi qu’à toutes les personnalités qui ont bien voulu honorer de leur présence, la cérémonie d’ouverture de cette première  session. Aussi, nous prions le Tout Puissant, le Très Miséricordieux pour que les travaux se déroulent dans de très bonnes conditions et enfin, nous formulons des vœux ardents pour que la Paix soit sur le Mali, et que l’hivernage qui s’annonce, gratifie notre pays de pluies abondantes suffisantes, bienfaisantes permettant d’assurer constamment l’auto-suffisance alimentaire dans notre pays.

 C’est sur ces vœux de bonheur pour les maliens, que nous déclarons ouverts les travaux de la 1èresession ordinaire du Conseil économique, social et culturel.

 Nous vous remercions de votre aimable attention 

 

Le Président

 

Dr Boulkassoum HAIDARA

 

 

 

 

'