FLASH INFO
: 4ème Session ordinaire de la 5ème mandature du CESC. Thème :"Environnement  -Sécurité".Cérémonie d'ouverture le lundi 6 février 2017 , à Koulouba ,au siège de l'Institution , à 8h30mns                                                                                                          

DISCOURS D'OUVERTURE DE LA 7EME SESSION

Monsieur  le Ministre du Travail  de la Fonction Publique, Chargé des relations avec les Institutions, Représentant    son Excellence Monsieur le Premier ministre, Chef du Gouvernement,

Mesdames, Messieurs les Membres du Gouvernement,

Messieurs les Présidents des Institutions de la République,

Excellence, Messieurs les Ambassadeurs,

Monsieur le Représentant du PNUD,

Monsieur le Président du Conseil national du Patronat du Mali,

Messieurs les Représentants des Chambres consulaires,

Messieurs les Représentants du secteur privé,

Messieurs les Représentants des Organisations syndicales de travailleurs,

Mesdames, Messieurs les Représentants de la Société civile,

Chers collègues, membres du Conseil économique, social et culturel

Mesdames, Messieurs,     

Chers invités,

Je tiens à me soumettre à un rituel qui m’appelle, en ce début d’année 2013, à souhaiter à vous toutes et à vous tous, au nom du Conseil économique, social et culturel et au mien propre nos vœux ardents de santé de bonheur et de prospérité. Ces vœux s’adressent aussi aux membres de vos familles, aux êtres qui vous sont chers et à vos collaborateurs.

Mesdames, Messieurs,

2012 a été une année de choc, d’occupation de notre territoire national aux 2/3 par des terroristes. Les conséquences de cette situation affreuse à tous égards feront date dans les annales de notre histoire nationale. A la mémoire des victimes innocentes de cette barbarie digne du moyen âge, nous formulons de ferventes  prières et espérons  que leur mort  ne sera pas vaine et que la partie reconnaissante s’en souviendra.

C’est le lieu pour nous de rendre ici un vibrant hommage au Commandant Damien Boiteux, tombé sur le champ de l’honneur pour le Mali, pour la France, bref pour la liberté et la justice.

La visite que vient d’effectuer le Président François Hollande, dans notre pays dénote une fois de plus de l’engagement de la France aux côtés du Mali, pour le recouvrement de son intégrité territoriale.

Les populations espèrent sur le retour rapide de tous les partenaires et amis du Mali pour une reprise des activités socio-économiques et culturelles, comme le témoigne la ferveur de l’accueil chaleureux réservé au Président français et à toute sa délégation.

 La stabilité et la sécurité du Mali sont aussi  la stabilité et la sécurité du monde entier. C’est maintenant qu’il faut  trouver les  voies et moyens  pour soutenir et aider l’économie du Mali avant qu’il ne soit trop tard 

Puisse  cette volonté politique contribuer à la relance de la coopération franco-malienne voire internationale.

Mesdames et messieurs,

Le 11 janvier 2013, un inoubliable soleil se lève sur le Mali. Ses rayons éclairent l’horizon d’une nouvelle espérance pour les Maliens. L’opération ‘’Serval ‘’ stoppe la progression des terroristes qui cherchent à gagner le cœur de notre pays.

Et nous découvrons les vertus d’une communication politique féconde entre le Président de la République du Mali et le Président de la République française.

 Le Nord du Mali est libéré et la phase de consolidation de la paix et de la sécurité en cours de réalisation.

L’unité de l’armée malienne devient irrésistible avec la remise en service des unités spéciales du régiment des commandos parachutistes.

Une fraternité d’armes avec les troupes de la CEDEAO, de l’Union africaine et de la France s’ouvre sur le théâtre du Mali. Les enseignements sont nombreux et variés : leçons d’humilité, de solidarité pour le triomphe de la liberté, de la démocratie et de la paix face aux intégrismes.

Le retour  à l’ordre  constitutionnel est aujourd’hui une réalité .Les institutions de la République sont en  place et  sécurisées

Mesdames, Messieurs,

2013 sera une année de grand bonheur et de stabilité pour notre pays et servira de ciment pour l’unité, la laïcité et l’indivisibilité de notre pays.

Notre session s’ouvre dans un contexte extrêmement préoccupant. La guerre qui est en voie d’achèvement aura engendré des conséquences aggravées par les événements de mars 2012 dont les impacts négatifs, ont provoqué l’effondrement du tissu économique de notre pays. Nous voici dans une dure et cinglante récession que nous n’avons connue depuis vingt ans.

C’est pourquoi, le Conseil économique, social et culturel, en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le Développement a jugé opportun de débattre de « la Relance de l’Economie Nationale ».

La guerre qui finit nous oblige à réfléchir et à proposer des solutions pour le redressement de notre pays, au milieu des ruines qu’elle a accumulées.

Plusieurs entreprises ont dû mettre  la clef sous le paillasson. Les  emplois  déjà  précaires dans un environnement  marqué par la volatilité des revenus, nous permettent  de percevoir le drame de  ceux et de celles qui, réduits au chômage technique ou au licenciement, se sont retrouvés au bord de l’autoroute, grossissant ainsi la nouvelle cohorte des exclus, des compressés.

Le Conseil économique, social et culturel   ne cherche pas ici à s’illustrer dans un quelconque mimétisme ou répétition, qui viserait à reproduire  des initiatives que nous saluons qui participent de la même dynamique.

Il s’agit  d’une invitation à un exercice institutionnel, républicain des forces vives et de tous les acteurs du développement dont les activités consistent à créer des richesses et à en assurer le partage, pour le grand bonheur des populations.

Sans doute s’agira t-il de mieux fédérer de mutualiser les réflexions et les propositions

Il nous faut aussi ramener la joie dans les familles et permettre qu’un sourire rajeuni éclaire de nouveau le visage de l’orphelin, de la veuve ou du veuf et pourquoi pas, soigner la blessure de ceux et de celles dont l’intimité et la dignité ont été violées.

A cet égard, la guerre qui finit doit permettre qu’ensemble nous prenions un nouveau départ dans une union fraternelle. Parfois, oui la guerre peut elle aussi rendre quelque signalé service à un peuple, lorsqu’il a oublié de remplir certaines obligations.

Le Projet de Feuille de Route du Gouvernement, approuvé par l’Assemblée nationale à l’unanimité pourrait nous conduire vers les portes de la paix retrouvée et le renforcement de notre culture démocratique dans une République unie, prospère et fraternelle.

J’ose espérer que nous aurons de bonnes communications et que de nos débats jailliront des propositions qui nous permettront d’éclairer les Pouvoirs publics.

Continuer de cultiver dans notre jardin commun un optimisme marqué par le sceau du réalisme. Ceci nous aiderait à retrouver notre chemin, si d’aventure l’oubli qui est notre seconde nature venait à nous distraire dans nos moments d’angoisse ou de lassitude.

Que Dieu bénisse le Mali !

Merci de votre très aimable attention. 

'